Hansel, Gretel et leur smartphone

Imaginez Hansel et Gretel ou le Petit Poucet retrouver leurs foyers grâce à l’appli’ Open Street Map (parce qu’ils préfèrent dégoogliser Internet que d’engraisser les GAFAM).  Si les héro.ïne.s de ces contes populaires avaient possédé un smartphone, leurs aventures dans les bois auraient été plus brèves. Imaginez maintenant que le Petit Chaperon rouge voit s’afficher une notif’ NFC en passant a proximité de la tanière du Loup : « Canis lupus lupus, canidé pas sympa possédant un fort appétit pour les personnes âgées ». Si la fin est la même (une histoire moins nourrissante), la philosophie du processus mis en oeuvre est elle bien différente.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En effet, en utilisant la géolocalisation pour retrouver leurs chemins respectifs, Hansel, Gretel et le Petit Poucet, ont interagi avec un média informatisé, Open Street Map, via un dispositif support, le smartphone, afin d’obtenir un service. A contrario, le Petit Chaperon rouge a obtenu un service grâce à l’interaction d’une technologie avec le dispositif support. L’idée développée ici consiste à « enrichir », à « augmenter », l’expérience forestière de la jeune fille encapuchonnée.

Cette balade dans les bois « améliorée » existe. Il s’agit d’une innovation portée par l’Office National des Forêts dans une perspective de mise en valeur de la Forêt d’Exception de La Futaie des Clos. Celle-ci est présentée en ces termes sur le site de l’ONF :

Vidéo, réalité augmentée, anecdotes historiques, expériences sensorielles, survol en drone de la canopée, et bien d’autres informations encore vous seront proposés tout au long d’un parcours de près de 500 m.

En plein cœur de cet écrin de verdure, entouré de chênes de près de 350 ans veillant sur vous à près de 50 m de hauteur, cette application vous fera vivre la forêt différemment.

Une sortie à faire en famille, entre amis ou seul, de 7 à 77 ans pour respirer le grand air tout en s’instruisant !

Lors de votre visite sur le site, l’application vous suit et révèle chacun des points du parcours. Scannez les panneaux et découvrez l’histoire de la futaie autrement ! Cette cathédrale naturelle de chênes vous ouvre ses portes…

N’hésitez plus, téléchargez l’application « Futaie des Clos » et partez à la découverte de la forêt de Bercé, l’un des joyaux du département de la Sarthe.

La question que pose cette application est celle de la relation de l’homme à la nature dans une perspective de loisir et de la modification qu’apporte la technologie à ce rapport considéré comme privilégié. En d’autres termes, la découverte d’une forêt en tant qu' »écrin de verdure » est-elle toujours possible si cette verdure est perçue au travers d’un dispositif de médiatisation informatisée qui implique en sus d’évoluer au sein d’un environnement restreint pour opérer ?

Une première approche consisterait à décrier l’introduction d’une « disruption numérique » au sein d’un espace perçu comme vierge de toute intervention. Ce discours repose, d’une part sur l’idée d’une nature triomphante et sacrée, d’une « cathédrale naturelle de chênes » que vient souiller la technologie et d’autre part, sur celle de la promenade dans les bois comme retour aux sources, redécouverte d’une essence primitive fantasmée de l’Homme.

The_Adventures_of_Tarzan_(1921)_-_2
L’homme et la nature, une vieille histoire d’amour fantasmée…

Une seconde approche, plus constructive, consisterait à nuancer quelque peu ce propos. Certes, l’application « Futaie des Clos » repose sur l’introduction de dispositifs de médiatisation informatisée (« vidéo, réalité augmentée, survol en drone de la canopée »)  au sein d’une vénérable forêt. Néanmoins, ce parcours « augmenté » est limité à 500 mètres au sein d’une futaie de 17,9 hectares. De plus il est conditionné à l’installation d’une application. Son impact sur le visiteur non désireux de réaliser l’expérience apparaît donc aussi faible que celui des cartels que l’on peut généralement rencontrer dans ce genre de lieu.

On le voit bien, l’introduction de l’innovation numérique au sein du patrimoine naturel, ne constitue pas ici une « disruption » mais plutôt une adaptation voire une amélioration des dispositifs de médiation déjà potentiellement existants. Enfin, si le public privilégie un rapport à la nature entendu comme excluant celui à la culture, il peut toujours regarder ailleurs ou choisir un autre sentier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s